11 février 1990 Libération de Nelson Mandela en Afrique du Sud

178 vues

Quelques heures après que le président de l'Afrique du Sud, Frederik de Klerk, en eut fait l'annonce, le militant de la lutte anti-apartheid Nelson Mandelaest libéré après 27 ans d'incarcération. Mandelasera au coeur du processus qui mènera à la fin des lois ségrégationnistes en Afrique du Sud, pays dont il deviendra le président en 1994. 

Militant de la lutte contre l'apartheid en Afrique du Sud, Nelson Mandela est emprisonné à vie au début des années 1960 pour sabotage et conspiration afin de renverser le gouvernement. Les pressions internationales visant à faire cesser l'apartheid feront de lui un prisonnier politique connu à travers le monde. Des discussions entre Mandela et des représentants dugouvernement, dont le président Pieter Botha en 1989, ont lieu au cours des années 1980. L'évolution de la situation internationale, notamment l'effritement du bloc communiste, puis l'arrivée à la présidence de Frederik de Klerk, en septembre 1989, marquent un virage. En février 1990, celui-ci légalise le Congrès national africain (ANC), parti anti-apartheid de Mandela considéré comme illégal depuis plus de 30 ans. Il lève également des restrictions sur d'autres groupes, relâche des prisonniers politiques et déclare que « le temps de la reconstruction et la réconciliation est arrivé. » Mandela est libéré le 11 septembre. Retransmis à travers le monde, l'événement attire une foule en liesse à Cape Town. Dans son discours, Mandela accueille positivement les ouvertures du gouvernement. Il demande toutefois la fin de l'état d'urgence et presse les pays étrangers de maintenir les sanctions tant que l'apartheid restera en vigueur. Parlant du président de Klerk comme d'un « homme intègre », il rappelle également son voeu d'en arriver à une solution juste pour tous, Noirs et Blancs, tout en affirmant que la défense armée ne peut être abandonnée tant qu'un règlement négocié ne sera pas atteint. Dans les jours subséquents, Mandela parle de réconciliation, de l'importance de l'éducation et invite les Noirs à cesser les violences entre eux, une allusion aux conflits tribaux dans la province du Natal. Des négociations entre l'ANC et legouvernement mèneront éventuellement à la fin de l'apartheid et à l'établissement d'unedémocratie inclusive (un homme, un vote). Mandela accédera à la présidence, en 1994.

dr :http://perspective.usherbrooke.ca

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article